Que faire quand on n’a rien pour cuire ou chauffer ? {Manuel de survie à l’usage des campeurs en appartement}

Je me suis tenue éloignée de Cuisine & Équilibre ces derniers temps, et je ne pense pas pour l’instant reprendre un rythme de publication de recettes aussi régulier qu’auparavant. L’envie d’écrire et de partager mes recettes ici m’a un peu quittée. J’ai toujours autant envie de cuisiner, je suis toujours curieuse de tester de nouveaux produits, de nouvelles façons de faire. Cela dit, si la blogosphère a tous les bons côtés d’une communauté (échanges, partage, nouvelles idées, développement de la créativité…), elle en a aussi les mauvais (l’appât du gain, la course aux partenariats et aux publicités, la recherche de célébrité, la compétition et le besoin de domination de certains). Et c’est pour ces mauvais côtés que je m’en tiens quelque peu éloignée, tout en y prenant part un minimum pour les bons (j’ai appris que j’avais été retenue pour une démonstration au Salon du Blog Culinaire de Soissons, je vous en reparlerai une prochaine fois > ça c’est les bons côtés !). Cela dit, de temps en temps, il y a des choses que j’ai vraiment envie de partager. Et celle-ci en est une : comment faire à manger sans plaques de cuisson, sans four (ni traditionnel ni micro-ondes) et sans réchaud ?

Le déménagement a eu pour effet de me faire innover en cuisine : nous avons passé 3 jours sans frigo et 2 semaines sans cuisinière, ni plaques, ni réchaud, ni four, ni micro-ondes. Juste une Senseo et un grill électrique (ce qui a quand même permis de faire un peu de viande !). Il a donc fallu apprendre à faire sans cuisson et sans moyen de réchauffer tout en refusant les solutions type fast food, traiteur, pizzas etc (bon, pizza une fois par semaine quand même, mais plus ça nous faisait pas envie). Et comme j’ai découvert des solutions au fur et à mesure, j’en mets quelques unes ici pour ceux et celles qui se retrouveraient un jour dans cette situation.

1/ Les légumes :
Là, pas de problème, surtout en été : laitue, roquette, mâche, tomates, concombres, poivrons en boîte et même courgettes. Les courgettes crues, pelées et épépinées, coupées en petits morceaux ou râpées et marinées dans du jus de citron apportent une touche de fraîcheur aux salades composées. Marinées dans de la sauce soja, elles accompagnent très bien tous types de plats asiatiques.

2/ La viande et le poisson :
Là encore, pas trop de problèmes. Pour la viande, du jambon blanc, du blanc de poulet ou de dinde en tranches, des tranches de rôti. Pour le poisson, les conserves sont là pour assurer cette partie-là : thon, sardines, maquereaux. Il existe même du colin en conserve qui est vraiment pas mal dans une salade !

3/ Les légumineuses :
Les pois chiches et haricots rouges en boîte peuvent se manger en salade et constituent aussi une bonne alternative pour les apports en protéines et en glucides complexes.

4/ Les féculents :
C’est là que ça se corse. Mis à part du pain… que manger ? Même les sachets de riz « express » doivent être cuits au micro-ondes (et je n’ai pas voulu tester tel quel au cas où le micro-ondes ne soit pas que du réchauffage). Il y a bien les préparations pour taboulé, mais je trouve leur goût écœurant. Mais en voyant ces préparations, j’ai pensé aux céréales qui ne nécessitent pas de cuire mais se préparent par absorption d’eau chaude. Et comme on avait de l’eau chaude au robinet, c’était gagné ! Voici donc les possibilités concernant les féculents : couscous, boulghour, mais aussi les vermicelles de riz et galettes de riz asiatiques : il suffit de les tremper quelques minutes dans l’eau tiède pour qu’elles soient prêtes à être mangées. Sans four, sans micro-ondes et sans cuisinière, on a donc pu manger de la semoule, des vermicelles et des rouleaux de printemps !

5/ Et en dessert ?
Pour le dessert, il y a toujours les laitages et les fruits (en été, on a le choix : melon, nectarines, pêches…). Mais j’ai aussi pu préparer des puddings sans cuisson. Il nous restait 1/4 de baguette de pain dur que je ne voulais pas jeter. J’ai donc coupé le pain en petits morceaux, je l’ai fait tremper dans du lait jusqu’à ce qu’il soit mou. J’ai ajouté de l’arôme vanille, du sucre en poudre, et j’ai placé ce mélange dans des moules à flan individuels. Après 2h au frais, les puddings étaient prêts ! C’est du basique, mais ça a permis de faire un dessert qui change et de ne pas gaspiller le pain acheté deux jours plus tôt.

Au final, on a pu avoir des repas équilibrés pendant ces 2 semaines, mais c’est quand même avec plaisir qu’on a retrouvé le chemin de la cuisson !

Advertisements

7 réflexions sur “Que faire quand on n’a rien pour cuire ou chauffer ? {Manuel de survie à l’usage des campeurs en appartement}

  1. C’est super! Je suis en cité U, et j’ai une super méga flemme d’aller me débattre avec les plaques et frigos de la cuisine commune…merci beaucoup, très utile!

  2. Merci pour ce partage :’) je suis dans la même situation avec mon conjoint en plein déménagement , sans gaz (donc ni eau chaude <_< mais j'ai une bouilloire ^o^ ) , sans four . De bonne idée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :